Contenu

x

Moteur de recherche interne

Grenoble Institut des Neurosciences Grenoble Institut des Neurosciences

  • Youtube
  • Linkedin
  • Twitter

Accueil > Recherche > Animation scientifique > Soutenances

Accéder au plan complet du site

Impact du peptide amyloïde B sur la signalisation calcique astrocytaire et les interactions neurone-glie

le 22 décembre 2016
14h

Soutenance de thèse d'Anthony Bosson

La maladie d'Alzheimer est une maladie neurodégénérative associée à une perte progressive des fonctions mnésiques et cognitives, qui font suite à des dysfonctions synaptiques. Ces dysfonctions sont en partie dues à la présence d’oligomères solubles du peptide amyloïde ? (A?o). Chez l’homme ces oligomères sont déjà présents durant la phase asymptomatique de la maladie et semblent expliquer la perte synaptique et les dysfonctions caractéristiques de la maladie. Cependant, les mécanismes clés qui initient ce dysfonctionnement et cette perte synaptique restent inconnus. Il est actuellement admis que la synapse compte un 3ème partenaire qui joue un rôle majeur dans l'intégrité structurale et fonctionnelle de la synapse, l’astrocyte. Grâce à leurs prolongements, les astrocytes peuvent enrober la plupart des synapses et contribuer activement aux changements morphologiques et fonctionnels observés durant l'activité synaptique. Cependant leur implication a été peu étudiée dans le contexte de la maladie d'Alzheimer.

Le but de ces travaux de thèse, était d’étudier de quelle manière A?o modifie l’activité calcique astrocytaire et quelles peuvent en être les répercussions sur l’activité synaptique. Ainsi, nous avons mis en évidence sur tranche aigue d’hippocampes de souris, une hyperactivité calcique généralisée, au sein du réseau astrocytaire et au niveau des prolongements fins astrocytaires. Cette hyperactivité s’est révélée être dépendante d’un canal membranaire récemment identifié au niveau astrocytaire, le canal TRPA1. Cette hyperactivité calcique dépendante de TRPA1, se manifeste également très précocement, avant l’apparition de plaques amyloïdes, dans un modèle de souris transgénique pour la maladie d’Alzheimer. Au niveau neuronal, nous avons observé une augmentation de la transmission synaptique basale en présence d’A?o. De manière intéressante, l’inhibition pharmacologique de TRPA1 permet de bloquer l’hyperactivité calcique induite par A?o et de rétablir l’activité synaptique précédemment perturbée par l’A?o. Dans leur ensemble, nos résultats suggèrent que les astrocytes soient une cible privilégiée d’A?o lors des phases asymptomatiques de la maladie d’Alzheimer, et que le blocage de l’hyperactivité calcique astrocytaire puisse garantir l’intégrité synaptique en présence d’A?o.

Thèse préparée sous la direction de Mireille Albrieux

Infos pratiques

Lieu

Amphi Serge Kampf
Grenoble Institut des Neurosciences
Mise à jour le 12 mai 2017

Membres
Associés renforcés
Associés simples