Contenu

x

Moteur de recherche interne

Grenoble Institut des Neurosciences Grenoble Institut des Neurosciences

  • Youtube
  • Linkedin
  • Twitter

Accueil > L'Institut > Actualités > Actus Equipe David

Accéder au plan complet du site

Une nouvelle entrée corticale dans le circuit permettant de prendre en compte nos erreurs

le 16 mars 2016

L'activité du cortex insulaire antérieur augmente très rapidement après une erreur et cette structure envoie ces signaux vers le cortex préfrontal

vign-AIerror.jpg

Notre capacité à prendre en compte nos erreurs est une fonction critique qui est centrale dans les processus d’apprentissage. Si nous savons que cette aptitude est rendue possible par l’activité coordonnée du cortex préfrontal dorso-médian et du cortex insulaire antérieur, la hiérarchie fonctionnelle et la dynamique spatio-temporelle précise des signaux d’erreur dans le cerveau sont encore mal connues.

 

Dans une étude réalisée par Julien Bastin de l’équipe « Fonctions cérébrales et neuromodulation », les enregistrements intracérébraux (stéréo-électro-encéphalographie) de six patients épileptiques effectuant une tâche cognitive induisant de nombreuses erreurs (stop signal task) ont été enregistrés à l’aide d’électrodes intracérébrales profondes implantées dans les structures-clés du circuit neuronal d’erreur. Ce paradigme cognitif avait déjà été utilisé dans de nombreuses études pour analyser les corrélats neuronaux du circuit d’erreur. Avec la stéréo-électroencéphalographie, l’activité locale et les modulations de connectivité entre les différentes régions corticales ont pu être évaluées au cours du traitement de l’erreur, avec une grande précision spatiale mais aussi temporelle. L'un des points forts de cette étude a été d’enregistrer simultanément l’activité dans le cortex préfrontal dorso-médian et dans le cortex insulaire antérieur (ACC ou pré- SMA) chez plusieurs patients.



Ces données ont permis en particulier de mieux comprendre le rôle du cortex insulaire antérieur, en mesurant les variations de son activité localement après les erreurs comportementales, mais aussi comment ces activités se propageaient au sein du circuit d’erreur. Ainsi une augmentation de l’activité à large-bande gamma (BGA, 50-150 Hz) dans le cortex insulaire antérieur a été systématiquement observée après une erreur. De plus, une découverte surprenante a été d'observer une inversion des flux d’information au sein du circuit d’erreur : alors que le cortex insulaire antérieur influence davantage le cortex préfrontal dorso-médian en cas d’erreur, c'est l'inverse qui est observé en cas de bonne réponse : le flux d'information va alors du cortex préfrontal dorso-médian vers le cortex insulaire antérieur.

En révélant les réactions électro-physiologiques se produisant dans le cortex insulaire antérieur humain suite à une erreur, les résultats de cette étude laissent penser que le cortex insulaire antérieur est l’élément-clé du circuit permettant la prise en compte des erreurs dans notre cerveau.

Reference :
Bastin J, Deman P, David O, Gueguen M, Benis D, Minotti L, Hoffman D, Combrisson E, Kujala J, Perrone-Bertolotti M, Kahane P, Lachaux JP, Jerbi K (2016). Direct Recordings from Human Anterior Insula Reveal its Leading Role within the Error-Monitoring Network. Cerebral Cortex. doi: 10.1093/cercor/bhv352.


Mise à jour le 27 octobre 2016

Membres
Associés renforcés
Associés simples