Contenu

x

Moteur de recherche interne

Grenoble Institut des Neurosciences Grenoble Institut des Neurosciences

  • Youtube
  • Linkedin
  • Twitter

Accueil > L'Institut > Actualités > Actus Equipe Barbier

Accéder au plan complet du site

Détecter précocement la résistance de tumeurs cancéreuses

le 28 septembre 2015

L’IRM multiparamétrique pour dissocier les effets individuels de thérapies conjointes

vign-lemasson.png

L’équipe « Neuroimagerie fonctionnelle et Perfusion cérébrale » dirigée par Emmanuel Barbier vient de mettre en évidence l’identification possible de l'effet individuel de thérapies administrées simultanément dans un modèle de gliome, grâce à l’IRM multiparamétrique. Les résultats de leurs travaux sont publiés dans la revue scientifique NMR in Biomedecine de septembre 2015.

L'extrême agressivité de certaines tumeurs cérébrales, comme les glioblastomes, conduit au développement de schémas thérapeutiques complexes impliquant l'utilisation de plusieurs traitements en même temps, on parle alors de multi-thérapie. Bien que ce genre de protocole soit de plus en plus utilisé, il n'existe pour l'instant aucun outil, ou biomarqueur, permettant de suivre de façon non invasive l'effet individuel de chacun des traitements. Par conséquent, il est impossible aujourd'hui de déterminer, en cours de traitement, le bénéfice thérapeutique de l'ajout d'une chimiothérapie à un protocole de radiothérapie.

Une étude récemment réalisée par l’Equipe « Neuroimagerie fonctionnelle et Perfusion cérébrale » du GIN a montré qu'une radiothérapie synchrotron (MRT) induit un arrêt de la croissance de tumeurs cérébrales cinq jours après le début du traitement chez le rat. En se basant uniquement sur la taille des tumeurs, les chercheurs n’ont ensuite observé aucune différence entre les animaux traités par MRT et ceux ayant reçu une double thérapie (chimiothérapie + MRT).

Cependant, l'IRM multiparamétrique a permis de mettre en évidence l'effet de ces deux thérapies sur la tumeur (confirmé ex vivo) suggérant l'intérêt de poursuivre cette double thérapie. En effet, seul les animaux doublement traités présentés de fortes modifications de leur microvascularisation intratumorale (volume sanguin, oxygénation sanguine et perméabilité vasculaire, voir figure ci-dessous).

Si on imagine l’application clinique de cette approche, le suivi régulier par IRM multiparamétrique permettrait de détecter plus précocement la résistance tumorale à une des thérapies utilisée chez un patient recevant plusieurs traitements simultanément et ainsi d'adapter le schéma thérapeutique patient par patient.


Bien que ces deux animaux présentent une taille de tumeur comparable (délimitée en rouge), des analyses ex vivo (histologie du réseau vasculaire) mais surtout in vivo par IRM multiparamétrique (volume, oxygénation et perméabilité vasculaire) nous indique que ce modèle de gliome répond bien aux 2 thérapies co-administrées.


Référence :
Lemasson and al. (2015). Multiparametric MRI as an early biomarker of individual therapy effects during concomitant treatment of brain tumours, NMR in Biomedicine, Volume 28, Issue 9, pages 1163–1173.


Mise à jour le 2 novembre 2016

Membres
Associés renforcés
Associés simples