Contenu

x

Moteur de recherche interne

Grenoble Institut des Neurosciences Grenoble Institut des Neurosciences

  • Youtube
  • Linkedin
  • Twitter

Accueil > Fondation GIN > Les pathologies étudiées > L'épilepsie

Accéder au plan complet du site

L'épilepsie

L’épilepsie est une maladie neurologique caractérisée par l’apparition spontanée de crises, conséquence d’une décharge anormale et simultanée de milliers, voire de millions de neurones. L’épilepsie peut se déclarer à tous les âges de la vie mais touche plus particulièrement les enfants et les personnes âgées. Elle affecte près de 1% de la population, soit plus de 500 000 personnes en France.

L’expression d’une crise varie selon qu’elle affecte immédiatement les deux hémisphères cérébraux (crise généralisée) ou une zone spécifique (crise focale). Lors de crises généralisées, la conscience est altérée, même en l’absence de convulsions. C’est notamment le cas des crises d’absence. Lors de crises focales, l’expression dépend de la région du cerveau qui est affectée et peut se traduire par des sensations anormales (voire des hallucinations), des émotions particulières (peur, tristesse), des comportements automatiques et/ou des convulsions de certaines parties du corps. Ces manifestations s’accompagnent de modifications de l’activité électrique du cerveau qui peuvent être mesurées par électroencéphalographie (EEG). Cette technique est indispensable pour faire un diagnostic précis de la forme d’épilepsie dont souffre le patient. Il existe en effet plusieurs formes d’épilepsie qui sont principalement caractérisées par le type de crise, l’âge d’apparition et leurs causes. L’épilepsie peut également s’accompagner de dépression, notamment quand elle est la cause de déficits cognitifs. Elle a souvent des conséquences négatives sur la vie sociale, la qualité de vie et l’insertion professionnelle.

Les traitements de l’épilepsie sont majoritairement médicamenteux et ont pour but de limiter et bloquer la propagation des crises. Cependant, 30% des personnes qui souffrent d’épilepsie ne répondent peu ou pas aux médicaments (épilepsie pharmacorésistante). Dans ces cas là, on peut procéder à un acte chirurgical afin de retirer la zone cérébrale épileptogène (foyer) si celle-ci se trouve dans une région qui n’entraînera pas de séquelle neurologique majeure.



Que font les chercheurs du GIN ?

Les chercheurs du GIN utilisent la complémentarité des approches expérimentales et cliniques pour caractériser les réseaux neuronaux mis en jeu dans le déclenchement de crises d’épilepsie. Ils cherchent notamment à comprendre comment un circuit neuronal se construit progressivement pour devenir un générateur de crises. L’étude des épilepsies permet également d’augmenter notre savoir sur le fonctionnement normal du cerveau et la mise en place de ses circuits.

L'équipe d'Antoine Depaulis a mis en évidence, dans un modèle génétique d’épilepsie-absence chez le rat (GAERS) la localisation précise du circuit générateur des crises et montré son développement anormal au cours de la maturation du cerveau.


Les équipes du GIN impliquées


Les avancées de la recherche



Mise à jour le 18 septembre 2019

Membres
Associés renforcés
Associés simples